Artbook Angel Eyes

L'artbook consacré à Banana Fish a pour nom Angel Eyes.

Épais de 82 pages et publié dans un format inhabituel (26cm de largeur pour 24cm de hauteur, il est donc plus large que haut), il est assez différent des artbooks courants ; notamment il ne présente pas beaucoup de dessins en couleur, la plupart étant, à l'instar de la couverture, en noir et blanc avec juste quelques éléments colorisés, dont presque toujours les yeux. Parfois même, une page présente le même dessin reproduit plusieurs fois mais avec des couleurs différentes. Dans l'ensemble, c'est un ouvrage qui fait très « art moderne » dans sa conception ; cette particularité peut décevoir mais l'originalité de l'initiative mérite certainement d'être louée. 

On peut relever la quantité importante d'images présentant Ash en compagnie d'animaux. Ces dessins sont très sophistiqués et montrent Ash sous des jours différents ; par exemple les léopards et les flamands roses rehaussent son aspect prestigieux, les oiseaux en vol évoquent la liberté, le cheval apparaît comme un serviteur fidèle et loyal là où la fragilité du mouton pose Ash en tant que protecteur. Quant au puma -et même un léopard-, ils semblent tous deux entretenir avec Ash une relation ambigüe (égalité, soumission ?) où la connotation sexuelle est extrêmement forte. La sexualité d'Ash ayant constitué un point délicat tout au long du manga (au point qu'on peut sérieusement douter qu'il ait jamais connue une relation dont il aurait tiré un minimum de plaisir), on peut réellement s'interroger sur la signification de ces images. Sur certaines, un être humain masqué joue le même rôle.

Ash est bien sûr le personnage le plus représenté de l'artbook, mais dans son cas on peut réellement parler de prédominance absolue ; même Eiji n'a droit qu'à une moindre place, essentiellement à partir du milieu et jusqu’à la fin, comme pour symboliser l’influence de son apparition sur la vie de son ami.

Tout au long de ces nombreux clichés est dévoilée la multiplicité infinie des visages que peut présenter Ash : solitaire malheureux, esclave malgré lui, fauve fier et indomptable ; on n’oublie pas qu’il est un chef de gang craint et vénéré, ni qu’il a été un objet sexuel par le passé ; et bien sûr, il peut également se fondre dans la foule et passer pour une personne ordinaire, même si toujours son charisme le distingue quand même de la masse. Finalement, les seules scènes où l’on perçoit un peu de normalité et de banale vie quotidienne sont une partie de celles où on le voit en compagnie d’Eiji. Il est une double-page où leurs images se chevauchent et se ressemblent, soulignant la complicité de leur relation sur plusieurs plans : jeu, ruse, détente... et sur l’une d’elles on les voit menottés ! La fatalité ferait-elle partie intégrante de l’affection qu’ils éprouvent l’un pour l’autre ?

Un troisième personnage, vers la fin du volume, se voit accorder une place non négligeable ; il s’agit de Blanca, le mentor d’Ash et probablement la personne – hors Eiji – à l’avoir le plus aimé, et où le respect s’est révélé réciproque.

L’artbook se conclut sur une courte BD intitulée Cape Cod 1985, présentant un hypothétique été qu’Ash et Eiji auraient passé ensemble. Vous avez la possibilité de la lire en français sur xyz-manga.com et de la télécharger sur passion-fruitée.

L’auteur d’Angel Eyes est bien sûr Akimi Yoshida et l’éditeur Shogakukan ; il est vendu au prix de 2520 yens soit environ 17 euros. Sa parution remonte déjà à 1994 mais il est encore possible de se le procurer sur des sites comme nippon-export ou benippon.

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site