Blanca

« Blanca » est le nom de code de Sergeï Variskov, autrefois colonel de l’unité spéciale du KGB.

Dans le tome 11, Lee Yut-Lung nous révèle le résultat de ses recherches sur Blanca : ce dernier a choisi ce surnom en mémoire de son épouse, Natalia Karzavina, qui était originaire de Russie. Lui-même vient du Kazakhstan, dans l’union soviétique, où il était le fils métis d’un père officier subalterne russe et d’une mère tartare. A l’âge de dix-huit ans, il entra à l’université de Moscou où il intégra le parti communiste, puis il fit son service militaire et entra dans le KGB. Mais son épouse fut assassinée en son absence par ses employeurs, ce qui le poussa à s’expatrier.

Quand nous le voyons pour la première fois dans le manga, Blanca revient des Caraïbes où il avait théoriquement pris sa retraite. Toutefois, apprendre qu’Ash s’est rebellé contre Dino Golzine a éveillé sa curiosité et il accepte la mission qui lui est confiée : celle de soumettre son ancien élève.

Blanca est en effet un mercenaire d’élite, fort et capable d’accomplir des performances extraordinaires en tir. C’est lui qui a tout appris à Ash : il lui a enseigné le maniement des armes, le combat et de nombreux réflexes de soldat. Quand Ash se précipite pour éteindre la lumière après que Blanca a abattu Kippard, on l’entend dire : « Je vois que tu appliques toujours les leçons que je t’ai apprises, fiston ».

Au début, Blanca s’oppose sans pitié à Ash. Il menace Eiji à plusieurs reprises, faisant comprendre à son disciple de quoi il est capable. Comme Ash le craint, le sachant supérieur à lui, il finit par se soumettre aux exigences de ses ennemis. Il est si redoutable que tous remarquent presque au premier coup d’œil à quel point il est dangereux. « Je ne me suis pas rendu compte que ce géant était là jusqu’à ce qu’il se plante derrière moi ! Je n’ai absolument pas senti sa présence… Qui est ce type ? » pense Sing Soo-Ling lors de sa première rencontre avec Blanca.

Cependant, même s’il affirme continuellement le contraire, il est évident, à observer ses gestes et ses paroles, que Blanca est très attaché à Ash. S’il a aidé Dino Golzine à le soumettre, c’est parce qu’il croyait vraiment, sincèrement, que c’était pour lui la meilleure et la seule solution : « Tu ne peux pas refuser, que ça te plaise ou non. J’intercèderai en ta faveur auprès de M. Golzine. Retourne auprès de lui, Ash ; c’est ce qu’il y a de mieux pour toi. Tu peux tout posséder, Ash… La fortune, le pouvoir ; le monde entier se prosternera devant toi. Il suffit que tu le veuilles. »

Pourtant, la conviction d’Ash finit par le faire fléchir. Tout d’abord quand Ash le supplie d’épargner Eiji, mais il n’est pas convaincu. Mais surtout quand, alors qu’il s’apprête à repartir aux Caraïbes une fois sa mission accomplie, quand il vient faire ses adieux à Dino Golzine et constate au passage qu’Ash, incapable de supporter sa situation, est en train de mourir lentement. Durant ce bref intermède, on peut voir une succession d’émotions défiler sur son visage impassible : quand Dino Golzine hésite à répondre à sa question « Comment va-t-il ? », il décèle immédiatement un problème. Quand Ash perd connaissance dans le salon, il se précipite pour le rattraper. Enfin, venu annoncer à Golzine son nouveau contrat avec Yut-Lung, il se rend spontanément au chevet d’Ash pour y attendre son ancien patron.

Car entre-temps, Lee Yut-Lung a rassemblé diverses informations sur Blanca, en espérant le faire chanter et le convaincre d'entrer à son service. Blanca accepte, mais modifie les conditions à sa convenance. On découvrira bien vite qu’il ne s’agissait finalement que d’une manœuvre pour aider Ash à s’enfuir et lui permettre de retrouver les rues sauvages de New York. Par la suite, il aide ce dernier sous prétexte d’être « engagé » pour une somme dérisoire ; c’est également lui qui le pousse à aller faire ses adieux à Eiji lorsque ce dernier est à l’hôpital.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site